mercredi 26 juillet 2017

Plan de visite

Vous trouverez, au Point Accueil Tourisme du village, un dépliant touristique sur la commune ainsi qu'un circuit de visite de Sainte Eulalie d'Olt composé de 18 panonceaux explicatifs en Français, Anglais et Espagnol.

britain   spain                                             En voici la légende :

Patrimoine PlanVisite

1  SAINTE EULALIE D'OLT un castrum

2  LA LOUTRE

3  LE BARRAGE

4  Vers la Chapelle « LA SAINTE ÉPINE »

5  LE MOULIN (XVIIème)

6  L'ÉGLISE (XIème, XIIème, XVIème)

7  L'ANCIENNE ÉCOLE

8  LE BOUILLEUR DE CRU

9  Vestige de la Pile dite « ROMAINE »

10  CHEVET DE L'ÉGLISE romane et ses fortifications

 

11  LA « POULE UN »

12  LA PLACE DE L'HOM
ou du Poteau

13  L'HÔTEL PARTICULIER (XVIème)

14  LA RIGOLE DU MOULIN

15  « EULALIE D'ART »

16  LE CHÂTEAU DE CURIÈRES DE CASTELNAU (XVème)

17  RUE DE LA TRAVERSE

18  L'ARCHITECTURE CIVILE

19  ANCIEN COUVENT (XVIIème)
pas de panonceau sur place

 

Quelques uns de ces panonceaux vous sont ici retranscrits, vous donnant un aperçu de notre histoire...

SAINTE EULALIE D'OLT un castrum 

Patrimoine UnCastrumLe long de la rive gauche du Lot, dans une plaine fertile, à 3 km en aval de St Geniez d'Olt, s'étend le bourg médiéval de Sainte Eulalie d'Olt, classé parmi les Plus Beaux Villages de France depuis 1986.

Appelé " Castrum " (château) dans les vieux actes, Sainte Eulalie aurait été une place forte ceinturée de murailles, de fossés et flanquée de tours.

Le village se serait développé autour d'un château primitif, bâti par l'Évêque de Rodez, au débouché d'une draille, entre causse et monts d'Aubrac. 

LE MOULIN (XVIIe)

La roue extérieure nous fait entendre son rythme paisible. Autrefois, outre la mouture, ce moulin produisait de l'huile de noix mais aussi de la poudre de tan (issue du broyage d'écorces de chênes et de châtaigniers) nécessaire à la tannerie locale. Ce moulin, restauré en 1980, est privé.

Patrimoine Moulin1 Patrimoine Moulin3 Patrimoine Moulin2

L'ÉGLISE (XIe, XIIe, XVIe)

Oeuvre d'Art roman et gothique, elle abrite deux épines de la couronne du Christ, celles-ci faisant l'objet d'une PROCESSION  en juillet. Cet édifice, érigé dans sa partie romane au XIème siècle, est de style languedocien et, au XIIème siècle, il fut transformé en bâtiment de défense. C'est en 1530 que l'église fut agrandie sous l'ordre de l'Évêque de Rodez.
A voir aussi, dans la chapelle centrale du déambulatoire, la statue de Sainte Eulalie et la pierre d'autel du Xème siècle consacrée par l'Évêque Deusdet.

 Patrimoine Eglise1 Patrimoine Eglise2   Patrimoine Eglise3

L'ANCIENNE ÉCOLE

Depuis 1995, cette ancienne école à la tour élancée, abrite au rez-de-chaussée, le musée-galerie Marcel Boudou.

Ce peintre a légué 45 toiles à sa commune natale, auxquelles s'ajoutent 12 tableaux réalisés par son épouse Jeanne St Gaudens.

Diverses expositions animent le lieu.
Patrimoine Ancienne Ecole1 Patrimoine Ancienne Ecole2



Vestige de la PILE dite " ROMAINE "

La mémoire populaire veut qu'un pont existait sur le Lot au temps des Romains.

La pile centrale est le seul vestige laissé par la crue qui détruisit jadis cet ouvrage.
Patrimoine PILE

 

LA PLACE DE L'HOM ou du poteau

C'était, vraissemblablement, sur cette place appelée, au XVIème siècle, la "Place de l'Hom" ou "Place du Poteau" que se rendait la justice sous un orme. L'arbre a disparu au profit d'une fontaine. Les seigneurs de Curières possédaient la basse et la moyenne justice. Par acte daté de 1700, ils acquirent la haute justice : " l'Evêque Paul Philippe de Lusignan bailla en fief franc, noble et honoré à Jean-François de Curières, seigneur de Lous et co-seigneur de Sainte Eulalie, sous l'albergue annuelle d'une paire de gants de la valeur de 10 sols payable à la Saint Jean-Baptiste et moyennant un droit d'entrée de 5000 livres".
Patrimoine HOM1

Les Curières faisant l'élevage du ver à soie, la façade du château était ornée de mûriers qui furent coupés en 1790. La même année, les titres des familles nobles du village furent brûlés sur cette place. Les armoiries des Curières figurent encore sur le linteau de la porte principale du château actuel.

L'HÔTEL PARTICULIER (XVIe)

Ce magnifique hôtel particulier de la Renaissance (1564) se dresse sur la rue principale. Son élégante tour d'angle contient un escalier en colimaçon qui dessert les trois étages.

La façade, percée de fenêtres à meneaux et chanfreinées, est soutenue par un bel ensemble de corbeaux monolithes. C'est une propriété privée.

Patrimoine Hotel1 Patrimoine Hotel2

LA RIGOLE DU MOULIN

Le ruisseau de Coutelle, dit "de Lundanne", est une résurgence de la Serre. Celle-ci disparaît en partie sous terre sur le plateau, à Pierrefiche, pour réapparaître en amont de Sainte Eulalie. Entre ces deux villages, jusqu'à huit moulins furent en activité le long de ce ruisseau. On y produisait de la farine, de l'huile ou du tanin. Plusieurs tanneries étant installées le long du cours d'eau, on l'appelait également « le ruisseau des cuirs ». Ces activités perdurèrent jusqu'au milieu du XIXème siècle. Au début du XIXème siècle, une filature de laine fut construite à l'emplacement du moulin des Cayrouses. Elle ferma à la fin du siècle et devint, de 1904 à 1949, une usine à tanin. En 1950, l'usine, appelée communément « la mécanique », fut vendue à un particulier qui la transforma en dépôt à bois et fit démolir la haute cheminée de briques.
Patrimoine RIGOLE

" EULALIE D'ART "

Cette ancienne grange rénovée abrite, tout au long de l'année, le Pôle Artistique composé de six ateliers de créations et le Point Accueil Tourisme. Cet endroit incontournable est le point de départ idéal pour découvrir d'autres ateliers artisanaux et visiter ce village médiéval.

Patrimoin Eu ART1 Patrimoin Eu ART2 Patrimoin Eu ART3

LE CHÂTEAU DE CURIÈRES DE CASTELNAU (XVe)

Au coeur du village, sa haute silhouette attire le regard. La famille de Curières, parmi les plus anciennes du Rouergue, s'établit à Ste Eulalie vers 1205. Elle compte des croisés, des hommes d'armes, des écuyers et des mousquetaires. Le château actuel, au coeur du village, est construit au XVème siècle, à l'emplacement de la "grande écurie" dépendant du château primitif tombé en ruines au XIVème siècle. Les armoiries de la famille de Curières "d'azur au lévrier d'argent colleté d'or" figurent sur le linteau de l'entrée principale à laquelle on accède en passant sous le porche voûté. C'est une propriété privée.

Patrimoine Chateau1 Patrimoine Chateau2 Patrimoine Chateau3

RUE DE LA TRAVERSE

Elle doit son nom au fait qu'elle traversait le village "intra-muros".

Dans cette rue principale, l'activité économique était importante : nombreuses échoppes en rez-de-chaussée, ateliers, porches ouvrant sur des cours de fermes (basse-cours, étables, granges).

Certains linteaux, en direction de la Capelette, indiquent encore les professions autrefois exercées.

Patrimoine RueTraverse01 Patrimoine RueTraverse02

L'ARCHITECTURE CIVILE

Pour la construction, les habitants utilisaient la plupart du temps des matériaux présents localement et à faible coût. Ainsi, les maisons étaient bâties en galets du Lot avec ou sans colombages, parfois à encorbellement, avec des toitures en lauzes se schiste. Dans les années 1970 , la rénovation des façades débuta et les pierres devinrent apparentes, alors que presque toutes les maisons étaient enduites de chaux (fin XVIIème siècle). Cet enduit servait d'isolation et de protection, c'était aussi une marque de richesse.

thumb Patrimoine ArchCivile3 Patrimoine ArchCivile2 thumb Patrimoine ArchCivile1 Patrimoine ArchCivile4

ANCIEN COUVENT (XVIIe)

Ce bâtiment fut construit en 1640 et c'est en 1847, que soeur Julie CHAUCHARD fonda la congrégation « Marie du Bon Pasteur ». En ces lieux, de 1908 à 1960, se tenait une école libre pour filles, une garderie et un pensionnat.

Puis, cet ancien couvent resta fermé quelques temps  avant d'être vendu en 1965 à un particulier qui chaque année entreprend des travaux de restauration dans le respect des traditions et du site.

Patrimoine AncienCouvent

LA CAPELETTE

La Capelette est le nom donné à la rue menant à la Chapelle. Située à côté du cimetière, elle est à la croisée des chemins pour se rendre à Cabanac ou sur la piste autour du Lac de Castelnau-Lassouts-Lous.

Tous les ans, lors du deuxième dimanche de juillet, la procession de la Sainte Épine s'y rend avant de repartir vers le coeur de village.

Cette chapelle rurale dédiée à Notre Dame de Pitié, a été construite sur les bases d'un premier édifice. En 1959 et 1983, elle fut restaurée (plancher, crépis, vitraux, toiture).

Patrimoine Capelette

email  CONTACT MAIRIE 

email  CONTACT TOURISME

Logo agenda     L'AGENDA

Logo RSS PNG      LES ACTUALITES